Test de l’ASI 2600MC DUO : Une Nouvelle Référence en Astrophotographie

L’astrophotographie est une passion qui nous emmène aux confins de l’univers, et le choix de la bonne caméra est essentiel pour capturer ces moments célestes. Récemment, j’ai fait l’acquisition de la caméra ASI 2600MC DUO, une décision que j’ai prise en collaborant avec Jérôme Rudelle de Lachal Astronomie. Dans cet article de test, je vais partager mon expérience avec cette caméra astrophotographique de pointe, ses avantages, ses quelques inconvénients et pourquoi elle est devenue ma nouvelle préférée.

Petit Rappel sur le calcul de l’Échantillonnage :

Calculer l’échantillonnage de votre setup est essentiel pour obtenir des images de haute qualité en astrophotographie. Pour ce faire, vous devez prendre en compte la taille des pixels de votre caméra, la focale de votre télescope, et le correcteur/réducteur de focale utilisé.

Tout d’abord, déterminez la taille des pixels de votre ASI 2600MC DUO. Cette information est généralement spécifiée dans la documentation de la caméra. Par exemple, si la taille des pixels est de 3,76 micromètres (µm), notez cette valeur.

Ensuite, prenez en compte la focale effective de votre télescope Hypergraph 8 avec le correcteur/réducteur de focale. Cette valeur peut différer de la focale native de votre télescope en raison de l’optique supplémentaire. Par exemple, si la focale native de votre télescope est de 760 mm et que le correcteur/réducteur de focale réduit cela à 640 mm, utilisez la focale effective de 640 mm.

Maintenant, pour tenir compte des conditions de seeing en France, qui varient généralement entre 1″ (1 seconde d’arc) et 3″ (3 secondes d’arc), il est important de viser un échantillonnage optimal pour le ciel profond. En règle générale, il est recommandé de rester dans la fourchette d’échantillonnage de 1,5 à 2,5 secondes d’arc pour obtenir des images de haute qualité.

Utilisez ces données pour calculer l’échantillonnage. La formule est la suivante :

Échantillonnage (arcsec/pixel) = Taille des pixels (µm) / (Focale effective (mm) x 206.265)

Dans l’exemple ci-dessus, avec des pixels de 3,76 µm et une focale effective de 640 mm, l’échantillonnage serait d’environ 0,34 arcsec/pixel, ce qui se situe dans la fourchette recommandée pour le ciel profond en France. Cela signifie qu’un pixel de votre caméra couvre un angle d’environ 0,34 seconde d’arc dans le ciel.

L’arcseconde est une unité de mesure d’angle utilisée en astronomie pour décrire les dimensions angulaires des objets célestes. Une seconde d’arc est une subdivision de l’arcminute, qui est elle-même une subdivision du degré. Pour avoir une idée de ce que cela représente, imaginez diviser le diamètre apparent de la pleine lune en environ 1 800 000 parties égales. Chaque partie serait alors égale à une seconde d’arc. C’est une mesure extrêmement fine, nécessaire pour décrire avec précision la position et la taille apparente des objets célestes, en particulier lorsqu’on parle d’astrophotographie et d’observation astronomique de haute précision.

Un Pas en Avant :

Avant de plonger dans les détails, il est important de noter que ma caméra précédente était l’ASI294MC Pro, une caméra déjà génialissime qui me servira sur le MAK180. Passer à la 2600MC DUO a été un saut significatif en termes de qualité et de performances. Dès le premier coup d’œil, il est évident que la 2600MC DUO est une caméra massive comparée à la 294. Cette taille plus grande offre une capacité de refroidissement plus importante, un élément crucial en astrophotographie. (-35°C au dessous de l’ambiante ce que j’ai pu obtenir avec un 98% de puissance)

Accessoires Complets et Packaging Soigné :

L’expérience commence dès le déballage. La caméra est livrée avec un ensemble d’accessoires complets, dont deux un câble USB 3.0 de très bonnes facture. Voir photos. Tout est soigneusement emballé, ce qui témoigne de la qualité de fabrication et de l’attention aux détails apportée par ZWO.

Refroidissement Performant :

La caractéristique qui m’a impressionné dès le départ, c’est le système de refroidissement. L’ASI 2600MC DUO est équipée d’un refroidissement performant qui permet de maintenir la caméra à des températures optimales pour réduire le bruit de fond thermique. Cela est particulièrement essentiel pour des sessions d’astrophotographie de longue durée.

Le Nuage de Sable du Sahara :

Cependant, même la caméra la plus performante ne peut rien faire contre les caprices de la météo. Malheureusement, lors de mes premiers essais avec la 2600MC DUO, le nuage de sable du Sahara est venu jouer les trouble-fête. Cela a entraîné la nécessité de créer ma bibliothèque de dark frames, un processus incontournable pour des images nettes et propres.

La Roue à Filtre EFW de 5×2″ :

L’un des seuls points moins positifs que j’ai notés concerne la roue à filtre EFW de 5×2″. Bien qu’elle soit essentielle pour la photographie en couleurs, la plaque de fermeture donnant accès au montage des filtres n’est pas étanche, ce qui pourrait poser problème si lune ou pour faire les dark dans la peine ombre. De plus, le poids de la roue est un peu excessif, ce qui peut poser des défis pour certains PO et une rigueur supplémentaire pour l’équilibrage.

Conclusion :

En fin de compte, l’ASI 2600MC DUO est une caméra astrophotographique qui brille par ses performances, son refroidissement efficace et son ensemble d’accessoires complets. Bien que confrontée à quelques défis, comme le nuage de sable du Sahara, elle s’est révélée être une excellente addition à mon équipement d’astrophotographie. Si vous recherchez une caméra polyvalente et puissante pour capturer les merveilles du ciel nocturne, l’ASI 2600MC DUO pourrait bien être votre nouveau meilleur ami sous les étoiles. Grâce à elle, l’univers n’a jamais été aussi proche.

15 thoughts on “Test de l’ASI 2600MC DUO : Une Nouvelle Référence en Astrophotographie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *